Api apiculteur ! Trouve l’interrupteur…

Dimanche 15 mars, dernier jour du printemps des poètes…
Le printemps ne fait que passer, la poésie est dans la demeure…

D’heure en heure
L’apiculteur se meurt
Il a eu son heure
Il a fait son beurre
Api apiculteur
D’heure en heure
L’apiculteur effleure
La fin du labeur
Api apiculteur
Dans une autre vie
Les marguerites s’effeuillent au ralenti
Personne n’est vainqueur
Les proies les prédateurs
Savourent le nectar
D’une pomme d’api
Api apiculteur
L’heure c’est l’heure
On n’est pas d’humeur
A verser des pleurs
Fières sont les ouvrières
Le jour en tailleur
Le soir en guêpière
Quand la mort vous susurre
Des serments veloutés
Que rien n’est moins sûr
N’aura plus d’importance
Ni la chaleur
Ni les piqûres
Api apiculteur
Api apiculteur
D’heure en heure
L’apiculteur se meurt
Trouve l’interrupteur
Une oasis
Aux allées bordées d’épagneuls
Que la splendeur n’effraie plus
Api apiculteur
Api apiculteur
Api apiculteur

Chatterton, 1994
Paroles: Alain Bashung – Jean Fauque, musique: Alain Bashung

    Il m’aura fallu faucher les blés
    Apprendre à manier la fourche
    Pour retrouver le vrai
    Faire table rase du passé
    La discorde qu’on a semée
    A la surface des regrets
    N’a pas pris

    Le souffle coupé
    La gorge irritée
    Je m’époumonais
    Sans broncher

    Angora,
    Montre-moi
    D’où vient la vie,
    Où vont les vaisseaux maudits
    Angora,
    Sois la soie
    Sois encore à moi

    Les pluies acides
    Décharnent les sapins
    J’y peux rien, j’y peux rien,
    Coule la résine

    S’agglutine le venin
    J’ crains plus la mandragore
    J’ crains plus mon destin
    J’ crains plus rien

    Le souffle coupé
    La gorge irritée
    Je m’époumonais
    Sans broncher

    Angora,
    Montre-moi
    D’où vient la vie
    Où vont les vaisseaux maudits
    Angora,
    Sois la soie
    Sois encore à moi

Fantaisie militaire, 1998
Paroles: Alain Bashung – Jean Fauque, musique: Alain Bashung

2 Comments Api apiculteur ! Trouve l’interrupteur…

  1. mc de la rochette

    et comme chantait Ferré
    « poètes … circulez ! »
    heureusement les écrits restent …
    vertige de l’amour et tutti quanti …
    bon dimanche à vous biz

  2. Sébastien

    Oui d’ailleurs Ferré a été l’un de ses derniers « guides »… Lu dans le Nouvel Obs

    N. O. – L’influence de Léo Ferré y était perceptible…
    A. Bashung. – A Bruxelles, où j’enregistrais mon album [l’imprudence], j’avais emporté l’intégrale de Ferré pour tout réécouter. Un de ses disques contenait une chanson de 45 minutes. Il y avait des cassures, il hurlait puis il murmurait… Quelle belle aventure musicale hors format ! Parallèlement, je voyais défiler des rockers américains à la télévision. Ils portaient les cheveux longs et prenaient l’air méchant tout en faisant leurs petits morceaux calibrés de 3 minutes. Je me disais : elle est où la rébellion ? Ferré m’a aidé au moment de créer «l’Imprudence», qui évoquait cette époque où à force de prudence on veut limiter les risques financiers, intellectuels et autres. L’imprudence peut conduire à la catastrophe, c’est vrai, mais elle réserve aussi parfois de belles surprises.

Ecrire dans les marges