La Sorgue — René Char

La Sorgue, détail de la grande roue de l'Isle sur Sorgue

 

La Sorgue

Chanson pour Yvonne

Rivière trop tôt partie, d’une traite, sans compagnon,
Donne aux enfants de mon pays le visage de ta passion.

Rivière où l’éclair finit et où commence ma maison,
Qui roule aux marches d’oubli la rocaille de ma raison.

Rivière, en toi terre est frisson, soleil anxiété.
Que chaque pauvre dans sa nuit fasse son pain de ta moisson.

Rivière souvent punie, rivière à l’abandon.

Rivière des apprentis à la calleuse condition,
Il n’est vent qui ne fléchisse à la crête de tes sillons.

Rivière de l’âme vide, de la guenille et du soupçon,
Du vieux malheur qui se dévide, de l’ormeau, de la compassion.

Rivière des farfelus, des fiévreux, des équarrisseurs,
Du soleil lâchant sa charrue pour s’acoquiner au menteur.

Rivière des meilleurs que soi, rivière des brouillards éclos,
De la lampe qui désaltère l’angoisse autour de son chapeau.

Rivière des égards au songe, rivière qui rouille le fer,
Où les étoiles ont cette ombre qu’elles refusent à la mer.

Rivière des pouvoirs transmis et du cri embouquant les eaux,
De l’ouragan qui mord la vigne et annonce le vin nouveau.

Rivière au coeur jamais détruit dans ce monde fou de prison,
Garde-nous violent et ami des abeilles de l’horizon.

René Char, extrait de Fureur et mystère, 1948, © Éditions Gallimard

 

La sorgue à l'Isle sur Sorgue

6 Comments La Sorgue — René Char

  1. mc d'augé

    très beau poème de René Char j’ai (ré) appris la signification de « embouquer » … quant à l’illustration, alors-là Seb, tu as fait fort (arrête ton char !!! hihi) … sur le moment, j’ai pensé que la première photo datait de 1948 comme celle du poème mais non c’est celle d’avril 2009 …super et en plus avec un arc-en-ciel (c’était en sus du menu, commandé spécialement par le restaurateur de l’Isle-sur-Sorgue !!!) bravo !

  2. Sébastien

    Oui c’est un très beau poème ! J’ai rajouté un fichier audio où René Char en personne lit le poème… Pour la première photo on avait un soleil magnifique, ce qui explique l’arc en ciel irisant les eaux…

  3. mc d'augé

    René Char et André Malraux même combat … en ce qui concerne l’élocution … super ! et ah ! le soleil de l’Isle -sur- Sorgue !!!!!

  4. mc d'augé

    peut-être irons nous (re) voir la Sorgue durant l’escapade de mai ? le Palais des Papes lui c’est sûr !!!!! Internet va me manquer … un peu … à « bétou » !

  5. InFolio

    Oh ! La photo de la roue est superbe. celle que j’ai fait de cette même roue il y a quelques années est bien pâle en comparaison !! Je garde un très bon souvenir de ma promenade dans cette région, et j’avais beaucoup aimé ce village et ses environs.
    Le poème qui accompagne l’image évoque tellement d’aspects de l’eau et tellement de moments de vie qui accompagne l’eau. Ce texte a de quoi faire résonner la corde de chacun.

  6. Sébastien

    Oui cette région est magnifique… Après l’Isle sur Sorgue je suis allé voir Gordes qui est un village bâtie sur le flanc jusqu’à la cime d’un pic… Très beau aussi !

    Ce qui est très beau dans ce poème c’est que René Char fait de cette rivière une rivière des hommes, liée a leurs activités, à leur vie… Ce n’est pas du tout un tableau bucolique mais un portrait social et poétique de la rivière…

Ecrire dans les marges