Lisières — Marianne Desroziers

Lisières

Marianne Desroziers,
Couverture de William Mathieu
Éditions Les penchants du roseau, 2012

De l’effleurement en littérature

Premier recueil de nouvelles de Marianne Desroziers, Lisières doit  se lire dans l’idée qu’on va frôler quelque chose, l’effleurer. Ce geste de toucher à peine n’est pas synonyme de superficialité, au contraire : on peut frôler quelque chose sans pour autant passer à côté ni mettre les pieds dans le plat. Frôler c’est caresser l’envie d’entrer subrepticement dans un univers et d’en ressortir sans rien y déplacer : « …le vent a décidé de me frôler, poliment, timidement, comme s’il demandait la permission » peut-on lire dans Depuis les terrasses. On peut ainsi effleurer un visage, frôler un regard et s’en trouver totalement bouleversée (La couverture rouge).  Ce titre Lisières (lisière, avant que d’être le bord de la forêt, désignait au 16e siècle le bord du tissu, ce qui, adapté à un texte, ouvre des interprétations intéressantes) me séduit, même si personnellement  je lui préfère « l’orée » (qui en ancien français se disait orière – même racine que l’ourlet – et je souris à l’idée que l’orière précéda la clairière, apparue au 16e s.). La lisière de la forêt, ce n’est donc ni vraiment la plaine, ni totalement le sous-bois, c’est une frontière « poreuse entre la réalité et l’illusion, le banal et l’extraordinaire, le monde des vivants et celui des morts » (4e de couverture). Mais à la différence des frontières (géopolitiques tout du moins) qui se matérialisent par une ligne de démarcation univoque, la lisière est une zone plus ou moins large souvent mal définie (contrairement à l’illustration du livre qui marque une lisière nette et tranchée) : cette zone je l’associe volontiers à cet état d’entre deux, de somnolence active que nous vivons quand nous lisons, cette manière, dont j‘ai déjà parlé dans ce blog, que nous avons de caresser et d’être caressés par le livre… La lisière c’est l’aube ou le crépuscule, cet état d’entre deux états qui, bien qu’inscrit dans une durée, peut brusquement basculé, sans qu’on l’ait vu venir : c’est exactement l’idée que je me fais de la nouvelle.

Inventaire des objets ayant appartenu à une jeune fille de Bordeaux, Christian Boltanski

Je ne vais évidemment pas déflorer ce que le lecteur doit effleurer seul face au livre. Dans les nouvelles il y est souvent question de mémoire, de réminiscences, de fantômes… J’ai particulièrement apprécié la dernière nouvelle, Marie-Josée, qui sont des variations sur une œuvre de Boltanski : Inventaire des objets ayant appartenu à une jeune fille de Bordeaux. 1973-1990. Cette exposition, présentée au CAPC il y a quelques années, exposait sous vitrine l’ensemble des objets d’une jeune fille bordelaise décédée à l’âge 17 ans.  Marianne Desroziers s’amuse à retracer les vies plurielles et potentielles de cette jeune fille comme autant de vitrines à découvrir. C’aurait pu être un simple exercice de style, à la Queneau ou à la Pérec, mais c’est enlevé, rythmé, cela nous entraîne dans une répétition/variation assez vertigineuse et c’est très réussi. Les deux nouvelles qui cachent à peine leur influence woolfienne, Depuis les terrasses et La couverture rouge m’ont également beaucoup touché par leur sensibilité, la deuxième encore un peu plus par la fugacité captée en quelques mots. Le vice enfin puni, enfin, m’a fait beaucoup sourire, on y trouve une atmosphère borgèsienne mêlée d’Alice au pays des Merveilles et j’ai été très heureux de la visite (partielle et partiale, bien entendu) de cette bibliothèque (qui partage, j’imagine, des livres avec celle de l’auteur).

En un mot comme en mille, lisez Lisières !

Christian Domec, l’éditeur des Penchants du roseau  est d’une amabilité telle que s’il avait pu m’offrir un café (j’ai commandé par mail, étant trop loin de la maison d’édition), il l’aurait fait volontiers.


Poursuivre le voyage :

Ecrire dans les marges